Libérée… délivrée… parcours d’une entrepreneure
Ah, Donjons et dragons... Ça vous rappelle de bons souvenirs ? Il était comment votre perso à l’époque ?

Retour d’expérience

En ce moment j’entends et je lis beaucoup d’interviews d’entrepreneurs qui ont monté leur start-up. Ce qui attire mon attention est ce qui se trouve à la racine de leur aventure : la liberté, le besoin de sortir du cadre, la recherche d’autonomie… L’entrepreneuriat est la voie royale pour satisfaire ses valeurs les plus importantes. Une fois l’entreprise créée, en quoi est-ce le cas – ou non ? La façon dont vous vivez votre leadership est-elle sereine ? Je vous propose des éléments de réponse à partir de mon parcours.

  1. De donjons et dragons à l’affirmation de soi

Haha oui je sais, le titre est intrigant. Mais pour tous les quadras et quinquas mordus de jeux de rôles qui ont passé des week-ends entiers à combattre les trolls, à sonder les murs et à manquer périr suite à un coup du destin lancer de dés, il sera plus évocateur. J’ai énormément joué aux jeux de rôles quand j’étais plus jeune. Quel rapport avec l’affirmation de soi ? Il se trouve qu’à l’époque, je me retrouvais fréquemment dans la peau d’un guerrier, montagne de muscles et masse d’armes à la main. Dans la fiche perso ci-dessus, j’affichais souvent une force 18 et une intelligence de 3. Et vous savez quoi ? C’était génial !! Pour moi dont le cerveau ébullitionne et s’agite sans me laisser de repos, moi dont la constitution est finalement assez éloignée du personnage… quel bonheur de jouer la baraquée qui tape d’abord et réfléchit ensuite tape après !

Avec le temps et l’expérience, j’ai apprivoisé et intégré mon côté réfléchi (rassurez-vous j’aime toujours autant les jeux de rôles). Ce qui m’a poussée à entreprendre, c’est que j’avais besoin d’offrir un espace illimité à l’expression de mon côté visionnaire, à mon envie d’explorer et à mon exigence d’alignement entre les paroles et les actes. Dire oui à un client ou lui débiter un discours séduisant, parce que c’est un client… voilà qui ne m’a jamais correspondu.

Ce qui m’a assez naturellement éloignée du salariat et de ses contraintes. Donc l’aventure entrepreneuriale… pour être enfin libre de changer le monde.

  1. Du clown à l’expression de l’authenticité

Il se trouve que peu après m’être lancée, j’ai suivi un cours pour apprendre à faire le clown, à l’école du cirque. C’était super chouette et ce qui m’a fascinée, c’était l’émergence de mon clown. (Au fait, tout le monde en a un bien tapi au fond de soi). (Mais il ne demande qu’à s’exprimer vous savez). Quand elle a fait surface, elle présentait un caractère rigide, coincé, qui voulait tenir tout et tous sous contrôle. Comme rien ne se passait comme elle le voulait, forcément elle fulminait souvent. Et c’était vraiment rigolo. J’ai surtout réalisé que mon clown était « le petit chef » dans toute sa splendeur.

Ce que j’en retire est que ce petit chef que je fuis, qui représente tout ce que je déteste dans le management – le contrôle à l’excès, le respect de la règle sans aucune logique, la rigidité de point de vue… c’est aussi une partie de moi. Ma part d’ombre. Grâce à tout un parcours, plus communément appelé de « développement personnel », j’ai identifié et apprivoisé ma part d’ombre. Je suis capable d’en rire et de faire rire avec. C’est pour cette raison que je dis souvent que le clown est une bonne école de leadership.

Bon, et concrètement ça donne quoi ? Ça donne que mon positionnement a changé : je ne suis plus crispée par la peur de me comporter en petit chef ; j’ai envie d’agir et de laisser s’exprimer tout ce qui m’aide à changer le monde du travail. L’exprimer c’est me comporter comme le leader que j’ai toujours rêvé d’avoir, parce que ça fait partie de moi et que c’est mon intention. Et ce faisant, je satisfais mes valeurs les plus chères.

En résumé, le parcours de l’entrepreneur, c’est

  • déterminer les valeurs qui sont à l’origine de l’aventure (know your why !)
  • connaître les comportements, talents, appétences et traits de caractère sur lesquels s’appuyer : ce sont des ressources
  • reconnaître sa part d’ombre ; libéré de son emprise, développer le style de leadership qui est le sien.

L’objectif des accompagnements que je propose aux dirigeants de PME, c’est précisément cela. Quelles sont vos valeurs les plus importantes ? En quoi sont-elles satisfaites ? Quelles sont vos ressources, les comportements qui vont vous aider ? Et surtout… quelle est votre part d’ombre ? Qui est ce personnage tapi en vous ? Le fait de le connaître – et de le reconnaître – est un levier d’action puissant. Vous n’en aurez plus peur car vous le connaitrez mieux. Et vous pourrez ainsi laisser votre part de lumière s’exprimer pleinement – particulièrement dans l’art d’exercer votre leadership.

Je serai heureuse de vous accompagner dans cette démarche.

Contactez-moi cecile@aimertravailler.com

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer le menu