Savoir s’écouter : une force au service du dirigeant
https://www.todayisartday.com/collections/figurines

Beaucoup de personnes très attentives au bien-être de leurs équipes ont tendance à zapper le leur. J’ai récemment animé un atelier dont le thème était « management d’équipes, management de soi ». Une partie de l’atelier était dédiée au soin porté à soi-même et proposait des exercices destinés à améliorer la qualité de la présence et de l’écoute. Or, leur mise en place ne va pas de soi. Pourtant, il est essentiel pour le dirigeant d’intégrer ces notions. Si vous savez être attentifs à vous-mêmes, vous le serez d’autant mieux aux autres.

  1. Renforcer votre présence

Besoin de vous écouter… pourquoi ?

Dès qu’un dysfonctionnement vous impacte, c’est votre corps qui est le plus rapide à réagir. Tensions lombaires, tendinites, migraines, problèmes respiratoires, troubles du sommeil… Les personnes qui ont été jusqu’au burnout ou dans des situations de harcèlement au travail le savent bien : la prise en compte des signaux d’alerte physiques, le plus tôt possible, est essentielle dans la prévention des risques psycho-sociaux (stress, burnout…). Le corps est réceptif. Non, ce n’est pas « rien » ce ressenti bizarre que vous avez en présence de cette personne. Ce n’est pas rien si vous éprouvez des tensions qui jusqu’alors vous étaient inconnues dans ce type de situations. Le corps est un merveilleux système qui vous aide dans votre vie quotidienne. Pour peu que vous y soyez attentifs.

Comment faire ?

S’écouter c’est apprendre à considérer tous ces signaux comme vos alliés. Le plus simple est de vous observer. Identifiez ce qui provoque tension, fatigue ou douleur ; depuis quand cela se manifeste-t-il ? Y a-t-il une récurrence ? Quel est le contexte ou les comportements qui font naître ce souci chez vous ?

Exemples : une personne en bonne santé qui se met à attraper chaque virus qui passe, particulièrement aux alentours des congés. Une autre qui n’a jamais eu de douleurs lombaires et dont le dos se bloque quelques semaines après avoir intégré une structure dirigée par une personnalité toxique.

Plus vous prendrez ces messages en compte tôt, mieux vous pourrez considérer les différentes options qui se présentent à vous. Vos capacités de réaction seront endommagées si vous atteignez le stade où votre corps doit hurler pour se faire entendre.

Pour développer cette capacité, je vous propose le plus basique des exercices : la respiration.

Prenez quelques minutes le dos droit, yeux fermés, respirez lentement. Une inspiration par le nez en gonflant le ventre. Une expiration par la bouche, plus longue que l’inspiration. Répétez 6 fois ce cycle inspiration / expiration. Ouvrez les yeux et revenez à votre présent. Bravo, vous vous êtes offert un apaisement de votre rythme cardiaque, un ressourcement du cerveau et un renforcement de votre capacité de concentration. Sans parler du massage interne produit par la respiration abdominale – qui gonfle le ventre à l’inspiration (comme quand vous étiez bébé). En à peu près une minute.

Choisissez un moment répétitif pour intégrer cet exercice à votre quotidien : par exemple juste avant de démarrer une activité, d’allumer votre ordinateur… à vous de voir.

Cet exercice vous permet de renforcer votre présence. Parce que vous prenez soin de vous, vous restez présent lors des interactions avec les autres sans forcément devoir porter un masque. Plus attentif aux signes qui vous impactent, vous développez aussi votre attention envers ceux qui vous entourent au travail.

 

  1. Relâcher la pression

Prendre en compte votre contexte

Dans votre quotidien, il est certains sujets que vous ne pouvez partager ouvertement. De même, sourire et entrain font partie de votre habit de travail car vous êtes conscient de l’impact de votre humeur sur vos équipes. C’est la fameuse « solitude du dirigeant »… Or, vous avez besoin de vous ouvrir sur les problématiques spécifiques qui vous font tourner en rond ou sur un sujet épineux. Sinon vous êtes en déséquilibre : votre entourage le percevra de toute façon et vraisemblablement votre corps va réagir. Vous écoutez beaucoup, mais qui vous écoute ? Prenez en considération votre besoin de partager en confiance toutes les facettes de votre rôle, positives ou non.

Plusieurs options s’offrent à vous :

  • les cercles de dirigeants, les clubs ou réseaux ouverts à des entreprises du même type que la vôtre en termes d’effectifs, de challenges, etc.
  • Les formations en management sur un thème spécifique réuniront des stagiaires avec les mêmes problématiques que vous, pensez-y !
  • Enfin, l’accompagnement personnalisé de type coaching vous offre un temps d’écoute, en confiance dans un cadre bienveillant ; à vous de saisir les occasions pour vous octroyer ces partages d’expérience indispensables à votre équilibre. Vous en retirerez beaucoup d’apaisement et un niveau de conscience plus aigu de vos freins comme de vos forces.

Développer son assertivité

Une écoute de qualité repose sur la présence et l’ouverture. Si vous écoutez beaucoup les autres votre empathie (comprendre ce que ressent l’autre) risque parfois de dériver vers de la sympathie (ressentir la même chose que lui !). Vous vous coulez systématiquement dans la peau du gentil, du compréhensif. Dans ce cas, vous vous chargez d’un fardeau qui n’est pas le vôtre, et en plus vous risquez de devenir un bureau des plaintes… car cela va se savoir très vite. Le risque est réel de perdre de vue l’intérêt de tous en acceptant ce qui est limite, en retardant un recadrage, voire un licenciement nécessaire.

Exemple : dans une équipe une personne souhaite partir une demi-heure plus tôt un jour de semaine pour se consacrer à l’apprentissage du piano. Face au refus de son chef d’équipe, cette personne va directement demander au directeur. Qui lui dit oui, compatissant et compréhensif… Résultat : le chef d’équipe délégitimé en veut au directeur. Celui-ci est bientôt sollicité par tout un tas de personnes qui veulent moduler leurs horaires pour se consacrer à leurs activités.

Pour prévenir ce risque, vous avez tout à gagner à renforcer votre assertivité, soit la capacité à exprimer vos demandes et vos limites dans le respect de l’autre. Et oui, cela s’apprend. Cela commence par l’écoute de vos besoins, vos demandes, vos objectifs. Vous serez ensuite en mesure de les exprimer posément en fonction des priorités de l’organisation. Présence et assertivité seront vos alliées pour établir une relation de confiance, fondation d’un management serein et motivant.

En résumé, il est essentiel

  • de considérer les signaux envoyés par votre corps pour comprendre ce qui les déclenche. Cela renforce votre présence et augmente votre attention aux autres.
  • de satisfaire votre besoin d’être écouté. Exprimer ce qui est important pour vous développe votre assertivité et équilibre vos échanges.

Écoute active, management de soi, travail sur l’assertivité… je suis passionnée par le travail avec ceux qui veulent être plus à l’aise dans leur rôle de manager. Si vous souhaitez plus d’informations sur l’accompagnement personnalisé, parlons-en ensemble : cecile@aimertravailler.com

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer le menu